You are currently viewing L’aromathérapie dans la démence

L’aromathérapie dans la démence

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Parapharmacie_Tunisie
  • Post last modified:24 janvier 2023
  • Temps de lecture :11 min de lecture

Dans une déclaration de consensus récemment publiée par la British Association for Psychopharmacology1, l’utilisation de l’aromathérapie en complément du traitement pharmacologique de la démence est étayée par l’un des plus hauts niveaux de preuves scientifiques – des preuves issues d’essais contrôlés randomisés.

Plusieurs études récentes et contrôlées ont montré que l’aromathérapie (l’utilisation thérapeutique d’Huiles essentielles végétales pures) peut être utile dans la prise en charge des patients atteints de démence : la lavande (Lavandula angustifolia ou Lavandula officinalis) et la mélisse (Melissa officinalis) sont deux substances essentielles huiles particulièrement intéressantes dans ce domaine. L’objectif de l’article de Holmes & Ballard2, résumé ici, était de passer en revue les rapports publiés sur l’efficacité de l’aromathérapie pour le traitement des problèmes de comportement chez les personnes atteintes de démence.

Les résultats de ces études sont intéressants car leurs conclusions ne peuvent être rejetées comme résultant simplement de l’effet placebo d’un parfum agréable : comme le notent les auteurs, la plupart des personnes atteintes de démence sévère auront perdu tout odorat significatif en raison de la perte précoce des neurones olfactifs.3 En effet, le mécanisme pharmacologique par lequel l’aromathérapie produit ses effets n’impliquerait aucune perception d’odeur. Au lieu de cela, on pense que les composés actifs pénètrent dans le corps (par absorption par les poumons ou la muqueuse olfactive) et sont délivrés au cerveau via la circulation sanguine, où ils provoquent des actions directes.

Études d’aromathérapie chez des patients atteints de démence Un grand nombre de petites études de cas non contrôlées ont démontré l’efficacité de l’huile de lavande inhalée et/ou topique dans ce contexte. En résumé, ces études ont montré que l’huile de lavande améliore les habitudes de sommeil,4-7 et améliore le comportement.8,9

Bien que seules quelques études contrôlées aient étudié l’utilisation potentielle de l’aromathérapie pour la gestion des problèmes de comportement chez les personnes atteintes de démence, les résultats ont été positifs. Une étude cas-témoins en simple aveugle a étudié les effets de l’Huile essentielle de lavande sur les troubles du comportement chez les patients atteints de démence sévère. administré par inhalation plus conversation. Parmi les trois groupes de patients, ceux recevant l’Huile essentielle en massage ont montré une réduction significativement plus importante de la fréquence des comportements moteurs excessifs.

Dans un petit (n = 15) essai croisé en double aveugle, contrôlé par placebo chez des patients atteints de démence sévère dans un service de soins du NHS,11,12 de l’huile de lavande à 2 % a été administrée dans un diffuseur d’arôme dans le service pendant 2 heures. période, en alternance avec un placebo (eau) tous les deux jours, pour un total de dix séances de traitement. Selon le score médian du groupe sur l’échelle d’agitation de Pittsburgh, le traitement par l’aromathérapie à la lavande a réduit de manière significative le comportement agité (p = 0,016) chez les patients atteints de démence sévère par rapport au placebo, 60 % des patients ayant constaté un certain bénéfice. Aucun événement indésirable n’a été signalé et l’observance du traitement était de 100 %.

Dans une étude croisée13, 56 patients âgés atteints de démence modérée à sévère ont été massés avec une crème contenant un mélange de quatre Huiles essentielles (lavande, marjolaine douce, patchouli et vétiver) ou une crème seule cinq fois par jour pendant 8 semaines. Les troubles du comportement et la résistance aux soins étaient significativement plus faibles chez les patients ayant reçu la crème contenant les Huiles essentielles par rapport à ceux ayant reçu la crème seule.

Dans la plus grande étude en double aveugle contrôlée par placebo publiée au moment de la rédaction de cette revue,11,14 72 patients atteints de démence sévère en soins continus du NHS ont été randomisés pour recevoir soit de l’Huile essentielle de mélisse (n = 36) soit de l’huile de tournesol ( n = 36) appliqué localement sous forme de crème deux fois par jour, en plus des médicaments psychotropes existants des patients. Modifications cliniquement significatives de l’agitation (évaluées à l’aide de l’inventaire d’agitation de Cohen-Mansfield [CMAI]) et les indices de qualité de vie ont été comparés entre les deux groupes sur une période de traitement de 4 semaines. Une réduction de 30 % du score CMAI a été observée chez 60 % du groupe de traitement actif et 14 % du groupe témoin. L’amélioration globale de l’agitation (réduction moyenne du score CMAI) était de 35 % chez les patients traités par la mélisse contre 11 % chez ceux recevant le placebo (pProblèmes méthodologiques

Dans leur article, Holmes & Ballard2 attirent l’attention sur un certain nombre de problèmes méthodologiques qui doivent être pris en compte dans la conception d’études futures portant sur le rôle potentiel de l’aromathérapie dans le traitement clinique des symptômes comportementaux et psychiatriques chez les personnes atteintes de démence.

Bien que la plupart des personnes atteintes de démence sévère aient peu d’odorat, les chercheurs évaluant l’étude pourraient être en mesure d’identifier l’Huile essentielle testée, ce qui pourrait compromettre une étude en double aveugle. Ce problème peut être surmonté de diverses manières, par exemple en utilisant des mesures d’observation comme principaux résultats de l’étude, en fournissant aux chercheurs des masques infusés de parfum ou des pince-nez à porter lors de l’évaluation des participants, en infusant l’environnement avec des parfums de contrôle et en masquant l’arôme du Huile essentielle avec désodorisants.

De plus, comme des réponses placebo importantes ont été observées dans de nombreuses études portant sur le traitement des symptômes comportementaux ou psychiatriques chez les personnes atteintes de démence, il est important, dans les études portant sur les effets des Huiles essentielles, que les interventions de contrôle et d’aromathérapie impliquent des durées similaires. et toucher avec chaque participant.

conclusion

Holmes & Ballard2 concluent que bien qu’il existe de nombreuses preuves basées sur des cas suggérant l’efficacité de l’aromathérapie pour améliorer le sommeil, les comportements agités et la résistance aux soins dans la démence, il y a un manque marqué d’études randomisées contrôlées par placebo et de taille adéquate dans ce domaine. Bien qu’une étude contrôlée par placebo ait montré que l’aromathérapie pouvait être efficace en complément d’un traitement existant dans la prise en charge des patients atteints de démence, cette étude présentait un certain nombre de défauts méthodologiques.

Les auteurs identifient un certain nombre de questions importantes qui doivent être abordées dans la recherche de l’efficacité de l’aromathérapie chez les patients atteints de démence, notamment :

  • Les patients atteints de différentes formes de démence réagissent différemment aux agents pharmacologiques ; si la même chose est vraie en ce qui concerne leur réponse à l’aromathérapie reste à déterminer.
  • Les Huiles essentielles sont administrées par massage dans divers «supports» (par exemple, crèmes pour la peau, huiles de massage), et impliquent donc la «thérapie supplémentaire» du contact physique avec les soignants. De toute évidence, cette thérapie supplémentaire doit être minimisée ou contrôlée avant que des inférences directes puissent être faites sur les effets de l’aromathérapie seule.
  • S’il est admis qu’il existe des différences neurochimiques actives entre les Huiles essentielles, la recherche devrait non seulement étudier les huiles de différents genres, mais aussi comparer celles d’espèces apparentées (par exemple Lavandula angustifolia et Lavandula officinalis).
  • Des essais contrôlés correctement menés, bien conçus, randomisés sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives concernant l’efficacité et l’innocuité des Huiles essentielles.

Références

  1. Burns A, O’Brien J; Groupe de consensus BAP sur la démence. Pratique clinique avec des médicaments anti-démence : une déclaration de consensus de la British Association for Psychopharmacology. Journal of Psychopharmacology 2006;20:732-55.
  2. Holmes C, Ballard C. Aromathérapie dans la démence. Avancées en traitement psychiatrique 2004;10:296-300.
  3. Vance D. Envisager la stimulation olfactive pour les adultes atteints de démence liée à l’âge. Habiletés perceptives et motrices 1999;88:398-400.
  4. Henry J, Rusius CW, Davies M et al. Lavande pour la sédation nocturne des personnes atteintes de démence. Journal international d’aromathérapie 1994;5:28-30.
  5. West BJM, Brockman SJ. Le pouvoir apaisant de l’aromathérapie. Journal of Dementia Care 1994;2:20-2.
  6. Hardy M, Kirk-Smith M, Stretch D. Remplacement du traitement médicamenteux de l’insomnie par l’odeur ambiante. Lancet 1995;346:701.
  7. Wolfe N, Herzberg J. Les huiles d’aromathérapie peuvent-elles favoriser le sommeil chez les patients gravement déments ? Journal international de psychiatrie gériatrique 1996;11:926-7.
  8. Brooker DJR, Snale M, Johnson E et al. Évaluation de cas unique des effets de l’aromathérapie et du massage sur les troubles du comportement dans la démence sévère. Journal britannique de psychologie clinique 1997;36:287-96.
  9. MacMahon S, Kermode S. Un essai clinique des effets de l’aromathérapie sur le comportement motivationnel dans un établissement de soins de démence en utilisant une conception à sujet unique. Journal australien des soins infirmiers holistiques 1998;52:47-9.
  10. Smallwood J, Brown R, Coulter F et al. Aromathérapie et troubles du comportement dans la démence : un essai contrôlé randomisé. Journal international de psychiatrie gériatrique 2001;16:1010-13.
  11. Burns A, Byrne J, Ballard C et al. Stimulation sensorielle dans la démence. BMJ 2002;325:1312-15.
  12. Holmes C, Hopkins V, Hensford C et al. L’huile de lavande comme traitement du comportement agité dans la démence sévère. Journal international de psychiatrie psychogériatrique 2001;17:305-8.
  13. Bowles EJ, Griffiths DM, Quirk L et al. Effets des Huiles essentielles et contact sur la résistance aux procédures de soins infirmiers et autres comportements liés à la démence dans un établissement de soins pour bénéficiaires internes. Journal international d’aromathérapie 2002;12:22-9.
  14. Ballard CG, O’Brien JT, Reichelt K et al. L’aromathérapie comme traitement sûr et efficace pour la gestion de l’agitation dans la démence sévère : les résultats d’un essai en double aveugle contre placebo avec Melissa. Journal of Clinical Psychiatry 2002;63:553-8.
  15. Thorgrimsen L, Spector A, Wiles A, Orrell M. Aromathérapie pour la démence. Base de données Cochrane des revues systématiques 2003;(3):CD003150.



Source by Dr Gillian Hale